Yanai Lab, c’est une réponse à la mobilité artistique. Une entité d’import export appliquée à la culture, dans laquelle il est pos-sible, pour les initiatives artistiques et culturelles, de s’épanouir au-delà des frontières de l’Hexagone. La structure permet de faciliter le déplacement des artistes, afin qu’ils rencontrent des publics différents mais aussi qu’ils expérimentent de nouvelles manières de créer. Yanai Lab, c’est aussi accueillir la diversité des cultures dans les espaces de diffusion européens et partager ensemble les nouveauxmodes d’expression et nouvelles pratiques artistiques qui parcourent le monde.

L’aventure Yanai Lab a commencé dans la province du Tamil Nadu, Etat situé au sud-est de l’Inde, où les musiques actuelles émergentprogressivement tandis que les traditions ancestrales musicales encore ancrées au coeur de la société. Ce secteur en construction, sesenjeux et l’ambition des acteurs indiens sont des opportunités de réflexion et de remises en question au sujet des modèles économique- ment soutenables du marché des musiques actuelles international.

Yanai (யாைன) : éléphant en tamil
Lab : label, laboratoire, ou encore labyrinthe

Après une année d’incubation, de voyages à travers l’Inde et de rencontres, la société Yanai Lab a vu le jour, en prenant pour portd’attache, Orléans, capitale de Région, territoire où l’Inde était déjà une évidence. En effet, la Région Centre-Val de Loire entretient, depuis 2008, des relations avec les autorités du Tamil Nadu, au titre de son action de coopération décentralisée. Ce lien de caractère institutionnel s’est matérialisé par des échanges culturels, économiques et universitaires au fil des années. La coopération culturelle a débuté en 2012, établissant alors un lien fort entre les acteurs français des musiques actuelles et les professionnels indiens desmusiques indépendantes et émergentes.

Yanai Lab a construit son activité autour de services rendus aux artistes et aux professionnels, se rendant en Inde, dans le cadre de projets artistiques mais également en fournissant des points de vue aux professionnels indiens autour de missions de structuration de la filière indienne des musiques indépendantes. Des projets internationaux portant sur d’autres territoires sont actuellement à l’étude, afin de permettre la mise en place de services identiques dans d’autres endroits du globe où la coopération artistique aurait toute sa place (exemples : Madagascar, le Maroc, la Malaisie, l’Iran…).

 a2d383df59c779edfd41856309513f23

Publicités